voyage

Le jour où j’ai découvert le champ des possibles

Maure de Bretagne, le 22 juillet 2020

J’arrive sur la ferme qui abrite l’Ecosite des jardins de Siloé en compagnie d’Alain. Les bénévoles s’activent sur le chantier participatif, et je suis accueillie avec bienveillance par Mika, habitant du site. Ce « touche à tout » vit et s’investit ici depuis plusieurs années. J’arrive à l’heure du déjeuner, et me retrouve instantanément sous le Charme bienveillant de ce lieu, qui nous protège du soleil.

Construction du poulailler en terre et paille

Une vingtaine de bénévoles sont présentes cette semaine pour construire un poulailler en terre et paille. Certains sont des voisins investis, mais nombreux sont des bénévoles de passage, voyageurs ou anciens stagiaires. Je découvre peu à peu l’ampleur du bouillonnement social et intellectuel de la ferme.

Ce lieu est bien plus qu’une ferme. On y cultive le vivant. Nicolas et Laetitia sont paysans boulangers, dans une démarche constante de recherche, de transmission et d’autonomie. Ils cultivent le blé et le transforment en pain. Néophyte en la matière, je n’imaginais pas l’étendue du savoir qu’il était possible d’acquérir en faisant du pain.

Nous avons tous vu ces immenses champs de blé, où chaque épi se ressemble comme des clones, au dessus d’une terre mourante dépouillée de toute vie. Ici, tout est différent. Tout est vivant. Je découvre les champs avec un regard d’enfant. Chaque parcelle est plantée d’une multitude de variétés de blé. Les couleurs sont éclatantes, du beige clair au doré. Le soleil qui perce les nuages et le vent font scintiller les épis prêts à être récoltés. Les formes des épis sont multiples, certaines ont des longues barbes, d’autres sont charnues et trapues. A l’ombre de ce trésor, une prairie verdoyante pousse paisiblement. Les insectes et les oiseaux se régalent.

Visite des champs de blé

A cet instant, je m’aperçois que ma vision d’un champs de blé sera désormais totalement différente. Nicolas nous explique de façon claire et structurée la démarche qui le mène vers ce résultat. Il conjugue savamment l’expérience, le ressenti, le bon sens, la science et l’observation de la nature depuis 25 ans. Il transmet ses recherches grâce à ses vidéos, ses stages et ses conférences, tout au long de l’année. Il continue d’apprendre et d’évoluer en permanence, par les expérience qu’il mène, et les échanges avec de nombreux experts. Je reste en admiration face à tant d’humanité et de curiosité venant de ce chercheur du vivant.

Ambiance détendue lors du ramassage des pommes de terre pour le déjeuner.

Après ces quelques jours passés parmis l’équipe bénévole, je me demande encore quelle est la part de hasard qui m’a amenée à planter ma tente aux jardins de Siloé, parmi ces passionnés qui nous ont accueilli avec tant de bienveillance. Une vague d’émotion indescriptible me poursuit lorsque je remonte sur mon vélo. Je me sens vivante, mais cœur lourd d’un adieu vers un nouvel inconnu.

Lorsque rien n’est prévu, tout est possible.

Entretien de la moissonneuse-batteuse