Journal du confinement

L’ironie dans cette histoire, c’est qu’il y a quelques jours, je projetais mon départ vers l’inconnu. Une vague de liberté, d’imprévus et de rencontres m’envahissait et me rendait invincible. Mais dans l’imprévu, le confinement n’avait pas été prévu. En quelques jours, le monde s’isole et d’un coup, nous avons peur de l’autre, du contact, de la rencontre. Tout bascule.

Ce confinement est un autre voyage, introspectif, isolé. Le temps d’affûter ma plume avant le départ. Chaque jour, je te propose un billet d’humeur, sur un thème, une idée, ou simplement une pensée.

Clique sur l’image pour accéder à l’article complet.


Jour 1 : La liberté de voyager

En tant que française de 33 ans en parfaite santé, voyager en toute liberté a toujours été pour moi une évidence. Sortir de chez moi, prendre mon sac à dos, ma voiture, mon vélo, faire du stop ou marcher.

Jour 2 : Impuissance

Non, il n’est pas question de sexe, mais de sentiment.

Jour 3 : Éloge du temps

Nous évoluons dans une spirale de sollicitations continues depuis quelques décennies. Nous avons l’habitude du stress, de la vitesse, de l’action permanente. Les séquences des films sont de plus en plus rapides, et nous avons l’habitude du tout, tout de suite. Stop ! confinement oblige. Du jour au lendemain, tout est bousculé.

Jour 4 : Les souris dansent

Aujourd’hui, le printemps est enfin là. La végétation bourgeonne et les oiseaux chantent.  Le confinement a stoppé une grande partie des activités humaines. Les voitures sont au garage, les usines à l’arrêt, et les chaussures de randonnées au placard.

Jour 5 : L’un connu, l’autre imprévisible

Sans doute l’avez-vous compris en lisant le titre de mon blog, l’inconnu est le moteur de mon existence. Trente-trois ans m’ont été nécessaires pour le comprendre et l’accepter.

Jour 6 : Fête l’humour, pas la guerre !

La dérision permet d’affronter la peur. Elle dédramatise la situation. Ne dit-on pas qu’il vaut mieux en rire qu’en pleurer ? Attention, je ne veux pas prétendre que la pandémie n’est pas grave, ou qu’il ne faut pas la prendre au sérieux. Mais je constate seulement que sur la toile, depuis une semaine, on se lâche !

Jour 7 : Les battements d’ailes

Nous voyons aujourd’hui naître nos héros. Ces personnes qui se battent tous les jours pour notre santé, ou pour l’éducation de nos enfants, malgré le chaos général et le manque de moyens. Pendant ce temps, la société s’affole et panique.

Jour 8 : La photographie confinée

Qu’est-ce qu’un photographe ? C’est avant tout un curieux, à mon avis, qui partage sa vision du monde, engagée ou non. Qu’il immortalise l’humain, la nature, la macro ou l’abstrait, il s’intéresse à ce qui l’entoure, souvent avec sensibilité et créativité.

Jour 9 : Une épidémie de solitude

Hier, nous avons fêté les 33 ans de mon colocataire. Nous sommes trois dans la maison. Notre chambre est notre isoloir, mais le lien social se tisse tout de même dans les pièces communes. Nous avons fait ensemble un gâteau de fortune avec ce qui nous restait.

Jour 10 : Confinement classe #1

Parole aux familles et enseignants confinés
Episode 1 : Lucile, professeur de SVT

Jour 11 : Confinement classe #2

Parole aux familles et enseignants confinés
Episode 2 : Estelle, l’énergie d’une mère confinée

Jour 12 : Demain est un autre jour

Ce matin, j’ai lu “Pensée à tous ces gens qui ont promis tant de choses à leur conjoint quand ils auraient le temps”. J’ai ri. Puis je me suis rappelée toutes ces choses que je repousse éternellement, et que je n’ai toujours pas faites depuis deux semaines.

Jour 13 : Confinement classe #3

Parole aux familles et enseignants confinés
Episode 3 :
Elodie et Romain, employés en alternance

Jour 18 : Départ vers l’inconnu !

Les quinze mètres parcourus aujourd’hui m’ont amenés vers un territoire aride et inhospitalier. Je découvre peu à peu les joies de la nature sauvage et des chemins escarpés.

Jour 21 : Carcasse futile

L’Urbex est un diminutif de l’anglais Urban Exploration. Cette exploration de lieux abandonnés me fascine, et l’on me demande souvent pourquoi . Chacun a ses raisons. L’adrénaline, l’histoire, la curiosité, l’interdit ou l’art.