Journal du confinement

Confinement, jour 2.

Impuissance

Non, il n’est pas question de sexe, mais de sentiment.

Chaque soir, ma voisine, infirmière, revient de l’hôpital. Elle est épuisée, tant moralement que physiquement. Et moi, impuissante, je la salue, assise sur ma terrasse, à profiter du soleil.

Confinés, nous sommes pour la plupart à la maison, à attendre les jours qui passent, la maladie qui guette, la fin de l’épidémie dans le calme et la tranquillité d’un foyer, ou presque. Nous prenons notre temps, dessinons sur les murs du jardin, plantons la nourriture de demain ou préparons de bons petits plats.

Comme si le temps s’était arrêté, telle une parenthèse ouverte il y a deux jours.

Mais pendant ce temps là, en France et ailleurs, des millions de personnes se battent. Ils soignent, nous alimentent, nous livrent, ramassent nos ordures, éteignent les feux ou veillent sur notre électricité. Ils le font sous la menace constante de la mort.

Aujourd’hui, les remerciements envahissent les réseaux sociaux. Invisibles et méprisés il y a peu, ils deviennent soudain des héros. Le chef de l’état a déclaré la guerre, et ces gens deviennent nos soldats. Nous les envoyons au front, avec les dernières armes qu’on a bien voulu leur laisser. Les réformes successives ont brisé leurs défenses, dans l’indifférence quasi générale. Mais leur courage est si naturel, qu’un élan de gratitude inconditionnel les accompagne dans leur dévouement. Il est dommage que l’on ait besoin d’une crise sanitaire pour faire naître ce sentiment de reconnaissance collective, mais je n’oublierai jamais cette émotion.

Lorsque la parenthèse sera fermée, garderont-ils ce respect ? L’opinion saura-t-elle se souvenir de leur sacrifice ? Je l’espère autant que vous.

Moi je rentre, la nuit tombe. Magnifique ce coucher de soleil.

2 réflexions au sujet de “Confinement, jour 2.”

  1. Je suis de ceux qu’on qualifie de « c’est une personne qui a de la bouteille » sans boire de l’alcool … bref c’est un beau texte et une belle interrogation. Pour ma part, je pense que beaucoup oublieront leur élan d’aujourd’hui. Demain l’humain en général reprendra ses habitudes, il oubliera comme il sait si bien faire, les belles choses simples qui l’entourent, son élan d’un moment et ne retiendra à mon avis que des souvenirs négatifs d’une situation qui lui est inconnue et pourtant qui l’a d’une manière ou d’une autre fait grandir.

    J'aime

  2. Je suis de ceux qu’on qualifie de « c’est une personne qui a de la bouteille » sans boire de l’alcool … bref c’est un beau texte et une belle interrogation. Pour ma part, je pense que beaucoup oublieront leur élan d’aujourd’hui. Demain l’humain reprendra ses habitudes, il oubliera toutes cette expérience qui l’a fait grandir et avancer, il ne retiendra probablement que le négatif, ne gardera que la peur du manque de son confort qui lui a échappé un temps et c’est bien normal car nous avons tous besoin de sécurité. Il aura touché à l’essentiel de la vie parfois, mais les réalités du monde le rattrapera, nous rattrapera , gagner sa vie payer ses factures vivre ou survivre … vivre ses rêve est un luxe ou un richesse qu’il faut savoir garder entretenir et réaliser.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s